2013

- Agrandir l'image, .JPG 25Ko (fenêtre modale)
Libération de Bastia

Du 11 octobre 2013 au 15 décembre 2013
Commissariat : Sylvain Gregori
Partenariat : Ville de Bastia, ONACVG, association Sintinelle 

 

Dans le cadre des commémorations du 70e anniversaire de la Libération de la Corse, le musée municipal d’art et d’histoire de Bastia, l’association d’histoire corse Sintinelle et le service départemental de Haute-Corse de l’ONACVG (Office National des Anciens combattants et des Victimes de Guerre) présentent une exposition patrimoniale temporaire intitulée La Libération de Bastia (8 septembre-4 octobre 1943).

Première ville insulaire à être occupée par les Italiens, le 11 novembre 1942, Bastia a également le triste privilège d’être la dernière cité corse à être libérée le 4 octobre 1943. Elle connaîtra entre-temps une rude occupation allemande, près de 200 morts civils et de nombreux combats et raids aériens qui lui vaudront d’être récipiendaire de la croix de guerre.

A l’heure où les derniers acteurs et témoins de la Libération de l’île disparaissent, cette exposition unique en Corse permet au public de se replonger dans les heures les plus sombres et les plus glorieuses de cette page d’histoire.

A partir des collections patrimoniales constituées par l’association Sintinelle, une centaine de clichés originaux et en grande partie inédits, des uniformes authentiques, plusieurs dizaines d’objets et documents d’époque illustrent comment la ville fut libérée du joug allemand. Cette exposition est aussi enrichie de deux documentaires multimédias réalisésà partir de films d’époque et agrémentée parune impressionnante scénographie reconstituant l’ambiance de Bastia occupée puis libérée.




Polkapalace Episode 2 - Bastia, l'école

- Agrandir l'image, .JPG 24Ko (fenêtre modale)
Polkaplace épisode 2
- Agrandir l'image, .JPG 19.5Ko (fenêtre modale)
Brusgiature
Réalisé en 1973. - Année de production 1984. Durée 1h15min. - Produit par Girasol production, Ccc Alba, Aura Film. - Courtoisie D. DEGLI ESPOSTI
- Agrandir l'image, .JPG 34Ko (fenêtre modale)
Aleria Fine
Photographie 60 x 90 cm. ED. 3/8. Tirage dibond, décaisser à l ‘américaine. - Courtoisie E. RAFFALLI
 

Du 14 septembre 2013 au 31 décembre 2013Commissariat : Madeleine FilippiPartenariat : La Ville de Bastia, la Collectivité territoriale de Corse, l’Association Artco, Marseille Provence 2013 et Air Corsica

Angelo Rinaldi écrivait la loge du gouverneur et n’était pas encore immortel, Françoise Hardy chantait «  tous les garçons et les filles de mon âge », Nico tournait dans les films de Warhol, Chris Marker faisait des photos à Camera dans le Cap Corse, Leonor Fini travaillait à Nonza, Gherard Richter peignait les incendies, Daniel Buren visitait Bastia, Jacques Tati y tournait Forza Bastia, le scandale environnemental des boues rouges de la Montedison allait sceller le surnom de Bastia la rebelle…

Bastia se souvient qu’elle fut au tournant des années 1960-1970 initiatrice d’un mouvement artistique, impulsé par la Section Artistique du Lycée Marbeuf. Au delà de toute une génération d’acteurs incontournables, tous les champs artistiques étaient convoqués avec le cinéma, le théâtre, la littérature. Le deuxième épisode de POLKAPALACE,  avec son dispositif de cimaises en mouvement, invite le public à imaginer le film de cette histoire avec, comme acteurs, ceux qui ont participé de manière active ou en périphérie à l’aventure du Bastia artistique de l’époque.

Tout au long de l’exposition, la passion de collectionneur d’Henri Orenga de Gaffory sera mise en exergue à travers une présentation inédite de certaines pièces de sa collection, un éclairage particulier sur les liens tissés avec les artistes gravitant autour de la section artistique du Lycée de Bastia et la nouvelle génération.

Cette mise en perspective  essaie de réactiver une période charnière où la ville de Bastia allait donner de la voix, s’émanciper des clichés d’une Corse carte postale et montrer comment elle pouvait faire école.

POLKAPALACE est une architecture qui déploie sur 200 mètres carrés environ, un ensemble de cloisons dont certaines sont animées par cinq plateaux tournants, reconfigurant sans cesse l’espace. POLKAPALACE est une galerie en mouvement, sur les murs sont accrochées des œuvres d’artistes. La condition du spectateur est ici l’enjeu du dispositif, ce n’est plus simplement le spectateur qui se projette sur et dans l’œuvre mais les œuvres qui se projettent sur lui ; cette inversion de la position du regardeur accompagnée par la dimension cinétique de cette galerie mobile, connecte POLKAPALACE à l’histoire des images au XX° siècle, les cloisons autorisent un montage/collage de l’accrochage des œuvres, la lecture de l’exposition est en constante permutation. Si la dimension cinématographique est incontournable, les références au constructivisme mais surtout les préoccupations du virtuel sont très prégnantes dans la réalisation de POLKAPALACE, en offrant au spectateur la possibilité d’expérimenter un nouveau parcours d’exposition. POLKAPALACE a été réalisé la première fois avec la Galeria Arsenal de Bialystok, la collection du lieu y était présentée, privilégiant un panorama de la création contemporaine Polonaise depuis les années 80. A Bastia pendant une année POLKAPALACE est installée de mai 2013 à avril 2014 au musée du palais des gouverneurs avec trois épisodes, le premier Itinéraire d’une exploratrice revisite vingt ans d’activité de la galerie Artco dirigée par Gabrielle Vitte, le second Bastia l’École avec un focus sur la création contemporaine dans les années 70 à Bastia, commissaire Madeleine Filippi et enfin Rue Waleska une rencontre des artistes insulaires avec la Pologne.




Fenêtres de l'âme - Insouciances

- Agrandir l'image, .JPG 26Ko (fenêtre modale)
Fenêtre sur l'âme - insouciance

Du 20 juin 2013 au 20 septembre 2013
Commissariat : REZA
Partenariat : Ville de Bastia
Collectivité Territoriale de Corse
Webistan Photo Agency

 

En Afghanistan "être insouciant" se dit "avoir les ailes légères". C'est par ces mots que le photographe REZA présente  le volet de l'exposition "fenêtres sur l'âme"installé dans la cours du Palais des gouverneurs.

En effet, de juin à septembre 2013, en partenariat avec la CTC, le musée municipal d'art et d'histoire de Bastia, le musée de la Corse et la citadelle de Bonifacio accueillent des tirages grands formats de clichés pris et sélectionnés par le photo-reporter mondialement connu pour son travail de témoin engagé. 

Mais loin de tout pathos, et porté par le désir de "raconter dans toute leur vérité les mémoires d'humains pris dans la tourmente du monde", REZA s'attache à montrer l'espoir. "Mes photos ne disent pas seulement la tristesse de vies mutilées. Si elles en sont témoins, elles tendent à montrer le sourire derrière les larmes, la beauté derrière la tragédie, la vie plus forte que la mort". 

Ce parti pris est particulièrement sensible dans les œuvres exposées au musée de Bastia. "Insouciances est une promenade dans ces instants de grâce, hors des conflits et des tourmentes de la vie. Un pont vers ces peuples qui, vivant sur le toit du monde, en Egypte, au Cambodge ou au Pakistan, ont su préserver cette richesse. "   

Entrée libre. 

Télécharger le dossier de presse 




Polkapalace « Episode 1 - récit d’une exploratrice »

- Agrandir l'image, .JPG 22Ko (fenêtre modale)
Polkaplace episode 1
Musée de Bastia - cl. J. A. Bertozzi
- Agrandir l'image, .JPG 22Ko (fenêtre modale)
Polkaplace episode 1
Musée de Bastia - cl. J. A. Bertozzi

Du 2 mai 2013 au 4 septembre 2013
Commissariat : Gabrielle Vitte
Partenariat : Ville de Bastia, Collectivité territoriale de Corse, Marseille Provence 2013, Capitale européenne de la culture, Galerie Artco, Centre national des arts plastiques, Solang Production Paris, Air Corsica, Entreprise Verdier et Cie

 

Le musée municipal d’art et d’histoire de Bastia vous invite à découvrir l’installation de l’artiste Alexandre Perigot.

POLKAPALACE est le troisième volet d’une trilogie débutée en 2005. Cette muséographie mouvante génère la conflagration des techniques de montage cinématographique, des dispositifs scénographiques du théâtre et des pratiques visuelles du photomontage. Les lieux de fabrique de l’image s’assemblent et se désassemblent, comme pour inviter le visiteur à traverser l’envers du décor et à questionner ainsi les paradoxes de l’image. 

A l’invitation du musée de Bastia et de Marseille Provence Capitale Européenne de la culture, POLKAPALACE s’installe pour trois épisodes* dans les salles de l’ancien Palais des gouverneurs. La première séquence intitulée « Récit d’une exploratrice » est une exposition qui retrace plus de vingt ans d’activités de la Galerie Artco d’Ajaccio sous la direction de Gabrielle Vitte. Les artistes présents ici embrassent cette aventure de l’art contemporain en Corse; ils ont en commun d’avoir été découverts, soutenus ou tout simplement avoir rencontré la Galerie Artco.

* Episode 2 – Bastia l’Ecole - 14 septembre – 31 décembre 2013

* Episode 3 – Rue Waleska - 18 janvier – 13 avril 2014




Rétrospective Marc-Antoine Mathieu

- Agrandir l'image, .JPG 38Ko (fenêtre modale)
Dieu en personne, Delcourt
Marc-Antoine Mathieu

Du 4 avril 2013 au 28 avril 2013Commissariat : Festival BD à BastiaPartenariat : La ville de Bastia, La collectivité territoriale de Corse, Le conseil général de la Haute-Corse, L'ONDA

Dans le cadre du festival de la bande dessiné à Bastia, le musée organise une rétrospective de l’artiste Marc-Antoine Mathieu.

Né en 1959, a suivi les cours de l'École des Beaux Arts d'Angers. En 1984, il participe à la création d'un atelier de graphiste scénographe : « Lucie Lom ».  Auteur atypique, il publie en 1990 L'Origine, premier des cinq tomes des aventures de Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves, aux éditions Delcourt. Dans tous les albums de cette série, à travers un monde décalé, absurde et onirique, il explore de nouvelles techniques narratives (3D, présence de la photographie, découpes …). En 2001, Le dessin offre un récit plus réaliste et intimiste. En 2006, sur une coédition Musée du Louvre Éditions Futuropolis,  l'albumLes sous-sols du révolu présente une réflexion sur l'art et le musée et en 2009, Dieu en personne est une fable métaphysique, emplie d'humour et d'ironie. Auteur d'« albums concepts », il repousse toujours un peu plus les limites du médium en publiant en 2011 3 secondes, polar ludique et pensé simultanément pour le papier et le numérique.

Bibliographie sélective :

1990 à 2013 : Julius Corentin Acquefacques, 6 tomes, Delcourt

2000 : Mémoire morte, Delcourt

2001 : (Le dessin), Delcourt
2006 : Les sous-sols du révolu, Futuropolis-Musée du Louvre
2007 : La voiture symétrique, L'Association
2009 : Dieu en personne, Delcourt
2011 : 3'', Delcourt
2011 : Rupestres !, collectif, Futuropolis

Une rencontre aura lieu avec l'artiste le samedi 6 Avril à 11h30 dans l'auditorium du musée, elle sera animée par le Frédéric Potet, journaliste au quotidien "le Monde".




Théodore de Neuhoff, roi de Corse, prince des Chimères

- Agrandir l'image, .JPG 22Ko (fenêtre modale)
Affiche Théodore de Neuhoff, roi de Corse, prince des chimères
Creab Disign

Du 23 mars 2013 au 15 septembre 2013Commissariat : Anne MeistersheimPartenariat : Collectivité Territoriale de Corse

Plongez dans la vie tumultueuse de Théodore de Neuhoff,  aventurier romanesque du 18èmesiècle et unique roi de Corse. De sa jeunesse à la cour du roi de France à Versailles jusqu’à sa misérable fin dans les faubourgs de Londres, en passant par son sacre au couvent d’Alesani, le parcours de cet éphémère monarque demeure l’un des plus fascinants de l’histoire Corse et le reflet de toute une époque.

Embarquez dans une muséographie onirique. Une frégate échouée y  côtoie une galerie royale et une scène de théâtre afin de restituer dans leur dimension historique les portraits, armes, cartes, et manuscrits qui rendent compte des différents épisodes de cette biographie mouvementée.




Escale de Mémoire - La mission photographique de lien social

- Agrandir l'image, .JPG 7.6Ko (fenêtre modale)

Du 25 janvier 2013 au 24 mars 2013Commissariat : Marcel FortiniPartenariat : Le centre Méditerranéen de la Photographie, La ville de Bastia, La collectivité Territoriale de Corse,L’agence Nationale pour la rénovation Urbaine, O.P.N 2B, Le ministère de la culture et de la communication, Le Théâtre Alibi, Alpha, France bleu - Frequenza Mora

Dans le cadre du Programme de Rénovation Urbaine des Quartiers Sud pour la période 2007-2011, la Ville de Bastia a confié à la Compagnie Théâtre Alibi et au Centre Méditerranéen de la Photographie, une mission dite de lien social.

Les objectifs du projet « Escales de mémoires » consistaient à accompagner la transformation physique des quartiers Sud par l’intervention d’artistes auprès des habitants, à favoriser la parole et le dialogue, à encourager les pratiques et liens sociaux, à travailler sur la symbolique des lieux et à conserver la mémoire de ces quartiers.

C’est dans ce contexte que l’écrivain Jérôme Camilly, les photographes Bruno Boudjelal, Léa Eouzan, Arno Gisinger, Jean-François Joly, Olivier Laban-Mattei, Stéphanie Lacombe ont répondu à la commande qui leur a été proposée par le Centre Méditerranéen de la Photographie, contribuant ainsi à un enrichissement du patrimoine photographique et littéraire de la Corse




Atelier de pratique artistique sur la peinture napolitaine

- Agrandir l'image, .JPG 32Ko (fenêtre modale)
Réalisation atelier de pratique artistique peinture napolitaine
- Agrandir l'image, .JPG 41Ko (fenêtre modale)
- Agrandir l'image, .JPG 37Ko (fenêtre modale)
 

Du 8 janvier 2013 au 15 janvier 2013
Commissariat : M. H. Giuly, C. Battesti

 

Dans le cadre de l’exposition « Peintures napolitaines, fragments de la collection Fesch », le service des publics du musée de Bastia a mis en place un atelier de pratique artistique à destination du jeune public.

Les enfants ont suivi dans un premier temps une visite guidée de l’exposition leur permettant de découvrir les principes clefs de la peinture baroque. Ils se sont ensuite essayés, sous la férule de l’artiste plasticienne Claudia Battesti, à la réalisation d’une œuvre collective grand format directement inspirée des tableaux des maîtres napolitains découverts précédemment.

Les participants furent le centre aéré du centre ancien de Bastia, les classes moyennes et grandes sections de l’école maternelle de Toga, la classe de moyenne et grande section de l’école Gaudin, la classe de CM1/CM2 de l’école d’Erbalunga, les classes de CM1 et CM2 de l’école René Subissi, la classe de CM1 de l’école A.B. Défendini, la classe de 5e 1 du collège du Cap, la classe de 4e 5 du collège de Montesoro, les élèves de 4e8 de la SEGPA de Montesoro.

Une ultime séance aura lieu le 10 janvier 2013 avec une classe du collège Saint Joseph.

Les réalisations de l’atelier sont présentées à l’entresol du musée du 8 au 15 janvier 2013.