2011

Croque ton quartier

- Agrandir l'image, .JPG 31Ko (fenêtre modale)
Croque ton quartier - © emaho
- Agrandir l'image, .JPG 50Ko (fenêtre modale)
Croque ton quartier - © emaho

Du 13 septembre 2011 au 5 novembre 2011


Commissariat : Association Emaho


Partenariat : Ville de Bastia 
Caisse des dépôts 
Préfecture de Haute-Corse


Durant quatre semaines, l'association Emaho a proposé aux actuels et anciens habitants de l'îlot Gaudin-Letteron, dans le centre ancien de Bastia, de participer à un atelier créatif autour de leur quartier qui est en train d'évoluer. 


La ville se modifie, les immeubles changent d'aspect, certains disparaissent. Profitant de ce moment propice aux échanges pour se rappeler les histoires qui se sont déroulées dans ces rues, ces logements, ces commerces, pour récolter la mémoire des habitants avant que les lieux ne soient détruits, pour questionner l'histoire afin de mieux comprendre l'évolution actuelle et pouvoir exprimer leurs souhaits pour l'avenir, l'atelier "Croque ton quartier" fut un lieu d'échanges. A l'occasion des travaux qui font évoluer le quotidien des habitants, ils se sont mis dans la peau de l'architecte, de l'urbaniste, du journaliste, du conservateur, de l'artiste ou de l'historien qui regarde ces lieux et les étudie, les imagine dans le passé comme dans le futur, en fait une maquette, les photographie, les dessine... les croque! Comprendre les différentes manières de voir, de vivre un quartier, d'y habiter, permet peut-être d'y vivre mieux tous ensemble? 


L'exposition "Croque ton quartier" retrace le parcours de ces quatre semaines de recherches réalisées par les habitants du centre ancien de Bastia, à la découverte de l'histoire passionnante de leur quartier, de son actualité, tentant aussi d'imaginer son avenir.
 
Le Musée de Bastia accueille pour deux mois l'exposition "Croque ton quartier", fruit d'une initiative de l'association Emaho auprès des habitants du centre ancien de la ville.




Jean Mathieu Pekle, Le sculpteur de la Corse - 1868-1956

- Agrandir l'image, .JPG 10.3Ko (fenêtre modale)
Projet monument aux morts Ile Rousse
JA Bertozzi
Musée de Bastia
- Agrandir l'image, .JPG 12.0Ko (fenêtre modale)
Buste de Napoléon
JA Bertozzi
Musée de Bastia
- Agrandir l'image, .JPG 16.4Ko (fenêtre modale)
CreabDesign
 

Du 24 juin 2011 au 31 décembre 2011

Commissariat : Ariane Jurquet - Sylvain Gregori

Partenariat : Mairie de Bastia - Collectivité Territoriale de Corse

Sculpteur méconnu du grand public, Jean-Mathieu Pekle (1868-1956) figure parmi les principaux artistes corses de la première moitié du 20ème siècle.

Fils de négociants bastiais, il se forma dans les capitales artistiques de l’époque : d’abord à Rome grâce au legs Sisco dont il fut bénéficiaire en 1889, puis à Paris, avant de revenir définitivement à Bastia en 1904. Il est pendant un demi-siècle un animateur infatigable de la vie culturelle locale.

Tout d’abord par sa production personnelle : seul sculpteur de l’île jusque dans les années 1930, il bénéficia d’une importante commande publique, notamment pour des édifices religieux.
Parallèlement il est un portraitiste prisé par la notabilité locale qui lui commande bustes et médaillons.
Il s'est également énormément investi dans la promotion des arts insulaires, collaborant à l’organisation de manifestations et à la fondation d’associations. Professeur au lycée de Bastia, il forma de nombreux jeunes artistes de l’entre-deux-guerres.

Mais la spécificité de son œuvre réside avant tout dans sa dimension régionaliste. Il est l’un des rares sculpteurs corses dont la production rende compte aussi bien des épisodes du passé de l’île que de la société corse de l’époque. Il participe à toutes les grandes expositions régionalistes de l’entre-deux-guerres et réalise pour l’exposition internationale de 1937 plusieurs éléments du pavillon de la Corse.

L’exposition du musée réunira une centaine d’œuvres de Jean-Mathieu Pekle dont certaines jusqu’alors inédites. Elles proviennent des collections du musée mais aussi d’autres collectionspubliques et privées. Elles permettent de rendre compte du parcours comme de la personnalité de ce sculpteur dont l’œuvre a occupé une place centrale dans la construction artistique d’une identité insulaire.




Libérons les crayons ! avec le dessin de presse

- Agrandir l'image, .JPG 23Ko (fenêtre modale)

Du 9 juin 2011 au 29 août 2011

Commissariat : Cartooning for peace

Partenariat : La ville de Bastia, l’Education, la MGEN PARIS, l’Université de Corse Pasquale Paoli, le Ministère de la Culture, Corse-Matin, France 3 et Via Stella.

 

Du 9 juin au 29 août 2011, le musée de Bastia accueille la manifestation « Libérons les crayons ! avec le dessin de presse », organisée par l’association «Cartooning for peace-Bastia».

Plantu, dessinateur au journal "Le Monde", a fondé "Cartooning for peace" en 2006, pour faire du dessin de presse un trait d'union entre les peuples et ouvrir le débat des idées.

Après New York (Siège des Nations unies), Genève, Paris, Marseille, Bruxelles, Atlanta, Rome, Jérusalem, Boston, Montréal, Oslo, Wellington, Bogotá, La Réunion… L’exposition arrive à Bastia pour deux mois de découverte et de réflexion sur les images de ce monde qui nous entoure.

Plus d’une centaine de dessins de presse seront exposés au Palais des Gouverneurs autour de thématiques telles que la politique, la religion, l’immigration, les inégalités, les nationalités, les identités....

Ce sera la première rencontre réunissant des dessinateurs du monde entier avec les dessinateurs de l’île.

Plusieurs rencontres sont programmées du 9 au 10 juin avec 22 dessinateurs de presse venus de tous horizons.

Consulter la brochure de présentation.




Le retable de San Nicolao

- Agrandir l'image, .JPG 27Ko (fenêtre modale)
© Musée de Bastia - J.A. Bertozzi -

Du 9 avril 2011 au 20 mai 2011



Commissariat : Elisabeth CORNETTO en collaboration avec Maria Teresa DONETTI, Laurent HUGUES, Michel-Edouard NIGAGLIONI, Pierre PIETRI


Partenariat : Mairie de San Nicolao, Collectivité Territoriale de Corse

 

Cette exposition se veut autant l’analyse d’une œuvre rare que le récit d’une restauration réussie.

Ce retable est en effet une parfaite illustration des nombreux liens artistiques qui unissaient la Corse et la péninsule italienne. Loin d’être telle que l’avait décrite Prosper Mérimée en 1840, une terre où l’on n’avait « jamais pu cultiver les arts », la Corse accueille des artistes, venus d’horizons divers, notamment Bastia, capitale génoise alors en plein essor.

Cette œuvre a ainsi été réalisée autour des années 1550 par un artiste d’origine florentine, le maître Raffaelle de Rossi, et son fils Giulio. Fondateur d’un atelier prolifique en Ligurie, on lui doit en Corse deux autres retables, l’un conservé à Pietricaggio, l’autre à Luri.

Dégradé par les outrages du temps, le retable de San Nicolao a bénéficié d’une longue restauration entreprise entre 2006 et 2010 par Maria Teresa Donetti, restauratrice installée en Ligurie. Les étapes de cette renaissance sont évoquées dans un multimédia qui permet de découvrir notamment la technique de la transposition, qui consiste à détacher une couche picturale de son support d’origine pour la déposer sur un nouveau support, sain.

En attendant de lui offrir des conditions de conservation adéquates dans l’église paroissiale, la commune de San Nicolao a souhaité le mettre à l'abri au musée de Bastia. 

Cette exposition a été réalisée par Elisabeth CORNETTO, conservateur en chef du musée de Bastia, en partenariat avec Maria Teresa DONETTI, restauratrice, Laurent HUGUES, inspecteur des monuments historiques, Michel-Edouard NIGAGLIONI, directeur du patrimoine de la ville de Bastia, Pierre PIETRI, multimédia.




Le musée de Bastia accueille Rupestres !

- Agrandir l'image, .JPG 31Ko (fenêtre modale)
Rupestre !

Du 31 mars 2011 au 6 avril 2011


Commissariat : Atelier Lucie LOM

 

Dans le cadre du festival BD à Bastia, le musée accueille le collectif Rupestres ! pour une exposition de dessins de David Prud'homme, Marc-Antoine Mathieu, Troub's, Etienne Davodeau et Pascal Rabaté...dans les sous-sols du palais des gouverneurs.
A la lueur de lampes frontales, les visiteurs découvrent les dessins dans des conditions proches de celles expérimentées par les six dessinateurs contemporains quand ils ont mis leurs pas dans les pas de leurs ancêtres créateurs. Parallèlement, d'immenses images sont projetées sur les parois des citernes attenantes...


Scénographie atelier Lucie Lom, M.-A. Matthieu et P. Leduc




Exposition de dessins de Dominique Goblet

- Agrandir l'image, .JPG 6.9Ko (fenêtre modale)

Du 31 mars 2011 au 6 avril 2011


Commissariat : Dominique Mattei

 

Dans le cadre du festival BD à Bastia 2011, le musée accueille une exposition de dessins de Dominique Goblet.

Dominique Goblet est née en 1967 à Bruxelles et a étudié l’illustration à l’Institut St-Luc. Elle se fait remarquer grâce à Portraits cachés,  publiés aux éditions Fréon, recueil de récits et d’images parus dans la revue emblématique du renouveau de la bande dessinée des années 90. Ses récits vont s’élaborer sur de très nombreux moyens d’expression : peintures, dessins, photographies, textes, carnets, objets.

Son premier album de bande dessinée, Souvenirs d’une journée parfaite, est paru en 2001 dans le cadre du projet Récits de villes. En 2007, la parution à L’Association du livre autobiographique Faire semblant c’est mentir, débuté douze ans auparavant, viendra montrer la cohérence d’une œuvre qui s’interroge tant sur la représentation et l’intime que sur la fiction et le temps. Chronographie, son dernier album paru à L’Association en 2010 dit tout cela. Cette même année, elle recevra le prix de l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image. Elle collabore aussi à de très nombreuses revues (Lapin, Strapazin, Frigobox …) et expose régulièrement peintures et sculptures en Belgique et à l’étranger. Elle enseigne à l’Ecole de Recherche Graphique de Bruxelles.